Pour approfondir

Les textes ci-dessous sont repris, avec parfois quelques modifications, de l'article de Estiva Reus et Antoine Comiti, Abolir la viande, paru dans les Cahiers antispécistes n°29 (février 2008) et mis en page en brochure sous l'intitulé Fermer les abattoirs. Cet article présente un argumentaire détaillé en faveur de l'abolition, expliquant pourquoi elle découle de choix éthiques fondamentaux et pourquoi elle semble la seule optique raisonnable du point de vue des animaux concernés comme d'un point de vue environnementaliste.

L'abolition, une utopie ?
La reconversion
Pour une écologie sensibiliste
Inscrire le projet d'abolition dans le présent
Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

L'abolition, une utopie ?

La thèse défendue ici est qu’il faut dès maintenant œuvrer explicitement à l’interdiction légale de la production et de la consommation de chair animale. C’est à la fois une mesure nécessaire et une mesure qu’il est possible d’obtenir sans attendre une révolution des mentalités ou de l’organisation de nos sociétés.

Le mouvement mondial pour l'abolition de la viande, appelé aussi mouvement pour la fermeture des abattoirs, résume ainsi sa position:

Parce que la production de viande implique de tuer les animaux que l’on mange,
Parce que nombre d’entre eux souffrent de leurs conditions de vie et de mise à mort,
Parce que la consommation de viande n’est pas une nécessité,
Parce que les êtres sensibles ne doivent pas être maltraités ou tués sans nécessité,
L’élevage, la pêche et la chasse des animaux pour leur chair, ainsi que la vente et la consommation de chair animale, doivent être abolis.

« On ne doit pas maltraiter ou tuer des animaux sans nécessité » : partout dans le monde, ce précepte fait partie de la morale commune. Partout dans le monde, la consommation alimentaire de produits animaux est la cause principale pour laquelle des humains maltraitent et tuent des animaux, sans nécessité. Le précepte précité n’est pas dénué d’impact : des personnes refusent de consommer des produits d’origine animale, d’autres réduisent leur consommation de viande, d’autres encore choisissent des produits issus d’élevages offrant quelques garanties sur le traitement des animaux ; des pays adoptent quelques lois protégeant les animaux d’élevage. Mais cela ne suffit pas à inverser la tendance : le nombre d’animaux élevés et pêchés dans le monde croît inexorablement, tandis que l’élevage industriel se généralise. Il est illusoire d’attendre que les dispositions adoptées en faveur du bien-être animal finissent par assurer des conditions de vie et de mort décentes aux centaines de milliards d’animaux mangés chaque année : les pêcheurs et les éleveurs peuvent difficilement se résoudre à faire passer le bien-être des bêtes avant la rentabilité de leur exploitation, et on ne dispose ni des espaces ni de la main d’œuvre requis pour traiter tant d’animaux avec soin.

La prise de conscience du fait que la production de chair animale a un impact environnemental désastreux ne conduira pas nécessairement à une amélioration du sort réservé aux animaux : si l’intérêt des animaux leur intérêt n’est pas pris en compte en tant que tel, cette prise de conscience peut au contraire déboucher sur une intensification de l’élevage.

Le contraste entre les devoirs que les humains reconnaissent avoir envers les bêtes animaux et la façon dont ils les traitent concrètement n’implique pas que les bonnes intentions affichées ne soient qu’hypocrisie. Ce contraste nous apprend toutefois que les changements spontanés de comportement des consommateurs ne constituent pas une force suffisante pour mettre fin à la boucherie. Il y a des raisons à cela. C’est par ailleurs une situation très commune : on ne réussit pas non plus à résoudre les problèmes de l’insécurité routière, de la pollution, de la misère humaine, de la maltraitance des enfants... en comptant uniquement sur la capacité de chacun à modifier ses habitudes pour y porter remède, même lorsqu’il qu’il est largement admis qu’il s’agit de maux.

Pour mettre un terme au sort hideux réservé aux animaux mangés, il faut que la question soit portée (aussi) au niveau politique. Il s’agit d’enclencher un processus qui s’achèvera par l’adoption de lois interdisant la prédation (chasse, pêche) et la production (élevage) d’animaux pour la consommation humaine. Les institutions publiques ont également un rôle à jouer dans la reconversion des travailleurs dont le revenu dépend de ces activités. Ce processus commence par l’expression publique de la revendication d’abolition de la viande.

La reconversion (assurer l'avenir des anciens travailleurs de la viande)

Inscrire la disparition de la viande dans un processus politique fera surgir la question du sort des personnes qui vivent de l’élevage ou de la pêche. On sera amené à se soucier de leur reconversion, et au besoin à la faciliter par des politiques publiques.

Travailleurs des usines à viande

La plus grande partie de la production est aujourd’hui effectuée sur le modèle industriel. Les emplois offerts sont pour la plupart peu ou non qualifiés, physiquement et psychologiquement pénibles. On y rencontre chez les salariés une forte rotation du personnel et une concentration des populations défavorisées en termes d’accès à l’emploi. Il arrive que des actes de cruauté délibérée soient perpétrés envers les animaux, mais, pour l’essentiel, la violence qu’exercent ces travailleurs est inhérente à l’organisation et à la finalité du travail. Ils ne peuvent pas accomplir les tâches qui leur incombent autrement qu’en négligeant, maltraitant ou tuant des animaux. Certains peuvent y être indifférents ; ce n’est pas la règle générale. Les employés préposés à ces tâches ressentent la brutalité de l’univers où ils travaillent, et la difficulté de s’endurcir pour supporter ce qu’ils doivent faire. Ils s’effraient parfois de leur propre désensibilisation quand ils en arrivent à faire machinalement ce qui au début leur semblait répugnant.

Petits producteurs des pays en développement

À l’autre extrémité des modèles de production, la pêche et l’élevage pratiqués avec un capital faible ou nul constituent une ressource pour de nombreuses familles des pays pauvres. [...] Le revenu de 120 millions de personnes dépend (le plus souvent partiellement) de la pêche, là encore avec une forte proportion (en termes d’emploi) de pêche artisanale pratiquée par des populations pauvres.

Accompagner la reconversion des travailleurs de la viande

Si la viande n’est pas nécessaire pour pourvoir à l’alimentation humaine, elle est aujourd’hui nécessaire à assurer un revenu aux travailleurs qui la produisent. Il n’est pas éthique de soutenir une activité simplement parce qu’elle procure des emplois. (Faudrait-il entraver les efforts de prévention des maladies ou des guerres pour préserver l’emploi dans les industries pharmaceutique ou de l’armement ?) Il est en revanche réaliste – et éthique – de se soucier de l’avenir de ceux qui aujourd’hui gagnent leur vie grâce aux productions animales quand on entreprend d’y mettre un terme.

Des millions de familles pauvres n’abandonneront pas l’élevage ou à la pêche si cela implique pour elles de passer de la grande à l’extrême misère. Cet abandon devient réalisable si, parallèlement, on élabore des politiques leur permettant de développer d’autres activités. Des mesures incitatives peuvent également s’avérer nécessaires pour faciliter l’acheminement de produits végétaux vers des zones qui n’en produisent ou n’en importent pas suffisamment pour pourvoir à l’alimentation des populations humaines.

Il convient d’ajouter qu’indépendamment de l’abolition de la viande, l’activité des petits producteurs pauvres est déjà compromise. La disparition accélérée prévisible des micro-exploitations résulte de leur non viabilité économique au regard des évolutions actuelles de l’agriculture. Le contrecoup social ne peut être évité que par des politiques visant à développer des emplois dans d’autres secteurs (voir Quelques données sur la pêche).

Lorsque la pêche, l’élevage et activités dérivées s’insèrent dans un tissu économique plus riche, le déclin de ces secteurs n’a pas de conséquences négatives à terme. Bien des filières ont disparu dans le passé : la demande se réoriente vers d’autres productions qui, elles aussi, procurent des emplois. Il n’en reste pas moins que les difficultés économiques liées à la disparition de la viande sont concentrées sur des populations particulières (et souvent des zones géographiques particulières où cette activité est importante), créant chez elles la peur d’être plongées dans l’insécurité. Par ailleurs, les emplois qui disparaissent ne sont pas forcément aussitôt compensés par de nouveaux emplois, créant le risque d’une période de baisse (ou moindre croissance) des revenus et de la demande. Même quand ces délais d’ajustement sont absents, les emplois détruits et les emplois créés pèsent d’un poids inégal sur le terrain social. Les premiers sont occupés par des individus déterminés, qui résistent à une détérioration redoutée de leur situation, les seconds par des individus indéterminés, qui ne peuvent faire pression pour que leur sort s’améliore. Cette même asymétrie pèse sur la perception qu’a l’opinion publique de telles évolutions : on s’identifie plus facilement à des personnes repérables, qui manifestent leur inquiétude face à un événement que chacun redoute (la perte de l’emploi et du revenu afférent), qu’aux bénéficiaires inconnus des emplois créés et à la souffrance, rendue largement invisible, des animaux élevés ou pêchés. C’est pourquoi on réussira d’autant mieux à sortir nos sociétés de l’âge de la viande qu’on s’emploiera à éviter que le débat public ne s’enlise sur la fausse alternative « sauver l’emploi ou sauver les animaux ». Le sort des travailleurs liés à l’élevage ou la pêche est une question dont doivent se saisir des partisans de l’abolition de la viande, en se souciant de concevoir, proposer, revendiquer des mesures pour que leur avenir soit assuré. C’est une des raisons pour lesquelles la question de la viande doit être posée au niveau politique. La transition vers une économie d’où les productions animales auront disparu se fera dans de meilleures conditions pour les travailleurs concernés si sont mobilisés à cet effet des moyens dont dispose la puissance publique en termes d’aménagement du territoire, de politiques de formation et d’aides financières de divers ordres.

Cette attention au devenir des travailleurs de la viande ne résulte pas uniquement de l’obligation de tenir compte du poids disproportionné qu’exerce sur l’opinion l’état des choses existant par rapport à ce qui relèverait d’un jugement équilibré. Il n’y a pas lieu de raisonner en termes de concessions nécessaires de l’éthique au réalisme, parce qu’il n’y a pas réellement conflit entre les deux.

Il est juste que l’ensemble des citoyens (contribuables) soient sollicités pour faciliter les ajustements économiques nécessaires, au lieu que les coûts de la transition soient concentrés sur ceux qui ont été les exécutants d’une production qui était commanditée par tous. On choisit autant (ou aussi peu) sa consommation que son emploi. Et surtout : l’abolition de la viande s’inscrit dans un mouvement vers une civilisation plus attentive aux besoins de tous les êtres sentients. Il ne s’agit pas d’instaurer un spécisme inversé où l’on perdrait de vue que les humains eux aussi sont sensibles. Considérer qu’il est du devoir de la collectivité, par la médiation des institutions publiques, de veiller à ce que les anciens travailleurs de la viande trouvent une place convenable dans une société devenue moins violente sera un témoignage de la réalité de cette évolution. Ce sera aussi un signe qui aidera à en finir avec une peur qui fait obstacle à l’émergence d’une attitude plus juste et plus généreuse envers les bêtes : la peur que la fin de l’humanisme coïncide avec la remise en cause des dispositifs et valeurs qui ont permis (un peu) de pacifier et de rendre plus solidaires les relations entre humains.

 

Pour une écologie sensibiliste

On sait aujourd'hui que les océans seront devenus des déserts en 2050 si la pêche continue. La pêche est la première cause de dévastation écologique : avant le réchauffement climatique, avant l'élevage, avant la pollution industrielle.

Les océans seront des déserts. Mais de quoi seront-ils vides ? Ils auront été vidés de leurs habitants, razziés et massacrés. Lorsqu'on parle de ces océans morts du futur proche, on assimile simplement les animaux aquatiques à des éléments de cette totalité : l'Océan. Mais ces animaux ne constituent pas seulement l'environnement [des humains], ils sont aussi et avant tout des habitants, dont nous avons à considérer qu'ils ont eux-mêmes une vie qui leur est propre et un environnement qui leur importe.

Un environnement vivable, pour qui ?

Il est urgent de poser la question : « De qui cette planète est-elle l’environnement ? Pour qui doit-elle rester (devenir) habitable et le rester durablement ? ». Les humains ne sont pas les seuls habitants sensibles de la Terre. Les autres animaux aussi ont un intérêt à jouir d’un habitat conforme à leurs besoins. Un univers de cages, filets et hameçons ne constitue certainement pas un environnement décent pour eux. À quoi riment ces projets de « développement soutenable » et autre « croissance durable » qui consistent à rendre durablement insoutenable l’existence de ceux qui partagent cette planète avec nous ?

Résoudre les problèmes environnementaux imputables à l’élevage par l’abolition de la viande n’est ni plus difficile à organiser ni moins bénéfique pour les humains qu’entreprendre la lourde mutation vers l’élevage écologique intensif. Il est même probable que l’issue favorable, du seul point de vue de l’humanité, est plus certaine via l’abolition. Et du point de vue des animaux, la différence entre les deux options est abyssale.

Il appartient au mouvement pour l’abolition de la viande d’être l’un des acteurs qui permettront de progresser vers une écologie sensibiliste, et non plus strictement humaniste : se soucier de la bonne gestion de la Terre dans l’intérêt de tous ses habitants sensibles ; cesser de compter les animaux parmi les « ressources naturelles » utilisables à notre guise du moment que cela ne compromet pas les intérêts à long terme de l’humanité.
 

Inscrire le projet d'abolition dans le présent

La revendication d’abolition de la viande n’amenuise-t-elle pas ses chances d’entrer sur le terrain politique par le fait que l’exigence formulée ne saurait être satisfaite dans un futur proche ? Aucun parlement ou gouvernement ne décidera à brève échéance d’interdire l’usage alimentaire des animaux ; aucun parti politique d’importance ne l’inscrira aujourd’hui à son programme. Dès lors, si on conçoit le mouvement comme ne revendiquant rien d’autre que l’événement qui marquera son aboutissement (l’interdiction totale), il risque de n’avoir que peu de prise sur les thèmes d’actualité qui font le tissu de la vie politique courante.

Mais il n’y a pas de raison qu’il en soit ainsi. Il y a une foule de mesures partielles qui sont cohérentes avec la marche vers l’abolition : faire reculer et disparaître les subventions à l’élevage et la pêche, taxer la viande, faire respecter le droit de non viande (possibilité de repas sans produits animaux dans la restauration collective), faire régresser l’orientation de jeunes vers les métiers de l’élevage et de la pêche (et métiers associés en amont et aval), empêcher des ouvertures ou extensions d’élevages, contrer la propagande présentant les produits animaux comme indispensables à la santé, obtenir l’interdiction de produire et d’importer tel type de viande obtenu dans des conditions particulièrement atroces... Des entreprises, des réseaux de distribution, des particuliers peuvent créer des zones de non viande sur le territoire dont ils sont maîtres.

Soutenir l’abolition de la viande n’implique pas en soi la rupture avec les acteurs engagés dans la lutte pour des améliorations ponctuelles des conditions d’élevage et dans la contestation de l’élevage industriel : ils sont une des expressions de l’attention portée au sort des animaux dans nos sociétés ; au demeurant, s’attaquer à l’élevage industriel, c’est remettre en cause la quasi-totalité de l’élevage. Sur le terrain, bien des convergences sont possibles, du moment qu’elles ne conduisent pas à entretenir l’illusion selon laquelle on serait en bonne voie d’assurer le bien- être généralisé dans les élevages.

La revendication d’abolition de la viande ne fait pas passer au second plan l’effort d’information mené en direction des consommateurs afin qu’il soient plus nombreux à refuser les produits animaux. Le but n’est pas de lui préférer une approche plus « collective » du problème : il n’y a pas d’évolution collective qui puisse se bâtir autrement qu’en gagnant le soutien des individus qui composent la société. Le but est de s’adresser aux individus en tant que consommateurs et citoyens, afin que les deux approches se renforcent mutuellement.

Les associations animalistes ont déjà entrepris d’agir aux différents niveaux où des décisions sont prises : les particuliers, les institutions politiques, les autres organisations (entreprises, instituts de recherche, associations...). La tâche du mouvement pour l’abolition de la viande n’est pas de proposer un bouleversement dans les méthodes employées ou les campagnes menées, même si des thèmes nouveaux viendront s’y ajouter. Sa tâche première est de favoriser la réinterprétation d’une multitude de démarches déjà en place et d’y associer de nouveaux acteurs. Au-delà de leur objectif immédiat, nombre de ces actions prendront sens comme étant des pas vers l’abolition de la viande, parce que cet horizon aura été explicitement fixé et sera entré dans la vie publique comme un des candidats (sérieux) au rôle d’avenir possible.

L’abolition n’arrivera pas insensiblement à pas de fourmi successifs. Il y aura à un moment une accélération et un « saut » avec l’adoption de l’interdiction pure et simple. Mais avant ce jour, nombre de mesures partielles peuvent constituer des signes (et des progrès effectifs) qui rendent de plus en plus crédible, palpable, qu’on tend vers l’abolition de la viande. Elles préparent l’acceptation, la volonté d’en finir avec le sacrifice des animaux à des fins alimentaires.

Le mouvement pour l’abolition de la viande, c’est aussi la parole : il existe par le fait que des individus et des organisations se déclarent favorables à l’interdiction de la consommation de chair animale. Il existe dès lors que cette prise de position est vécue comme autre chose que la formulation d’un de ces vœux sur un monde meilleur dont on ne croit pas soi-même qu’ils soient destinés à se réaliser.
 

Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

L’abolition de la viande s’inscrit dans une démarche réformatrice. Le projet n’exige pas de révolutionner de fond en comble les croyances et relations sociales pour instaurer un ordre radicalement nouveau. Il s’agit d’apporter une réponse opératoire à un problème concret : le sort hideux réservé jusqu’ici aux animaux mangés. La disposition requise favorise par ailleurs la sauvegarde d’habitats nécessaires à la vie d’animaux sauvages ; elle contribue à la résolution de problèmes alimentaires et sanitaires concernant les humains, ainsi qu’à la préservation de la planète dans l’intérêt de ses habitants futurs.

Ce qui est utopique, ce n’est pas d’abolir la viande, c’est de prétendre qu’on s’achemine vers la garantie de conditions de vie et de mort décentes pour les animaux élevés, chassés ou pêchés. C’est cela qui relève d’une posture idéologique délirante – a fortiori dans un contexte où la maîtrise des dégâts environnementaux d’une production de viande en pleine expansion menace de devenir un facteur supplémentaire d’intensification de l’élevage.

Bien que limité dans son objet, le projet d’abolition de la viande ne vise pas moins que le plus grand recul de la souffrance et de la mort jamais accompli. Par son but, et par la façon dont on cheminera vers ce but, il ouvre la voie à une civilisation plus attentive à tous les êtres sentients affectés par nos choix. Au terme du voyage, il y aura beaucoup moins que le paradis ; mais ce ne sera déjà pas si mal en tant qu’aboutissement d’une revendication circonscrite.